Chargement de la page en cours... 


preparation general

Avant même de penser à


Avant même de penser à mettre des pigeons au concours, il faut s'intéresser à leur santé. Si vos pigeons ne sont pas en pleine forme, il est inutile de les envoyer à 300 km : leur performance sera médiocre et vous risquez de les perdre. De multiples facteurs influent sur la santé du pigeon : * Nettoyez le colombier et le matériel le plus souvent possible. * Veillez à entretenir une aération efficace ; s'il fait beau, ouvrez les fenêtres. * Dès qu'un pigeon montre des signes de maladie, n'attendez pas, isolez-le et soignez-le. De cette façon, vous éviterez peut-être un traitement collectif plus ennuyeux et plus coûteux. * Nourrissez correctement, en qualité et en quantité. Tout doit être avalé dans le quart d'heure. Ne laissez pas traîner de graines. Quand le pigeon commence à trier ses graines, c'est qu'il a déjà mangé suffisamment. * Si vos pigeons sont bien soignés, évitez les traitements préventifs généralisés. Vous n'élevez pas des volailles en batterie ! * Les traitements inutiles risquent d'accroître la résistance des microbes et de diminuer la résistance naturelle des pigeons. * Mettez une cuillère à café de sel pour 5 litres d'eau dans l'abreuvoir pour éviter les déshydratations et parfois la même dose de bicarbonate de soude contre le muguet des jeune. La forme, et le "mordant" Pour que le pigeon ait la volonté de revenir le plus vite possible, il faut qu'il soit stimulé naturellement ou artificiellement : * Il a la volonté de revenir à son colombier. Si le pigeon est bien soigné et bien nourri, cette volonté sera plus forte. * Il est attaché à son casier, à son perchoir. S'il sait que son territoire est convoité par un autre pigeon, il le défendra jalousement et sera pressé de revenir au concours. On peut profiter de cette jalousie naturelle ou l'entretenir artificiellement. * Les pigeons sont naturellement monogames. Ils ont l'instinct familial et sont attachés à leur femelle, à leurs œufs et surtout à leurs petits.
 
 
Concours de fond
 
Les pigeons sont lâchés à des distances variant de 500 à 1.000 km de leur colombier. Il est bien évident que pour fournir un tel effort, leur préparation doit être parfaite. Il est possible qu'il mettent deux jours pour revenir. Sur 1.000 km, ils peuvent rencontrer des conditions météorologiques tout à fait différentes d'une région à l'autre. Il faut parfois passer la journée à surveiller le ciel, à moins de disposer de détecteurs électromagnétiques ou infrarouges sur les trappes du pigeonnier.
 
 
Concours de demi-fond 
Les pigeons sont lâchés à des distances variant de 250 à 500 km de leur colombier. Ces concours demandent un effort prolongé (de 4 à 8 heures de vol continu). Il est important que les pigeons soient reposés et en bonne santé avant de les engager. Dans ce type de concours, les pigeons rentrent en général successivement à une ou deux minutes d'intervalle, et on a le temps de constater sans trop se presser.
 
 
Concours de vitesse 
Le pigeon voyageur a la faculté de repérer la direction de son pigeonnier et la capacité de la rejoindre même quand il est lâché très loin de celui-ci. Les colombophiles exploitent ces possibilités dans des concours de différentes natures : 

Concours de vitesse
 

Les pigeons sont lâchés à des distances variant de 50 à 250 km de leur colombier. Certains colombophiles se spécialisent dans ces concours qui ne fatiguent pas trop les pigeons. Ceux-ci récupèrent rapidement. Ce type de concours nécessite un genre de dressage organisé, rigoureux et journalier, afin que les pigeons prennent l'habitude de rentrer le plus rapidement possible. Quand tout se passe bien, tous les pigeons sont rentrés en 10 minutes. Si un pigeon manque de régularité, on le joue en demi-fond : il peut se révéler meilleur sur une distance plus longue.